Conduire à Djibouti : Entre règles absurdes et situations rocambolesques – Voici les 10 secrets de la route

2
361

Bienvenue dans le monde merveilleusement chaotique de la conduite à Djibouti ! Préparez-vous à vivre une aventure unique où les règles du code de la route semblent être un concept optionnel, où les parkings sont plus rares que les licornes, et où chaque trajet ressemble à une scène d’action d’Hollywood. Attachez votre ceinture, car vous êtes sur le point d’embarquer pour un voyage hilarant au pays des conducteurs intrépides et des situations routières totalement improbables. Accrochez-vous, car conduire à Djibouti est un peu comme participer à un spectacle de cirque au volant. Préparez-vous à être étonné, amusé et peut-être un peu effrayé, mais surtout, préparez-vous à découvrir un nouveau niveau d’aventure routière

Le côté droit des rues est réservé (en permanence) au parking

Dans notre magnifique pays, les parkings ne sont tout simplement pas à la mode. Alors, pour pallier ce problème, les Djiboutiens ont adopté une solution originale : se garer n’importe où, notamment sur le côté droit de la route, qui est devenu leur immense terrain de stationnement. Ne soyons pas trop sévères, mais ne soyez pas surpris de voir des voitures garées depuis des temps immémoriaux sur le bas-côté. L’histoire de l’automobile, en direct devant vos yeux !

Ne provoquez pas les A/B/C

Certains véhicules ont des comportements étranges et un respect pour le code de la route qui frise le néant. Ces voitures, reconnaissables à leur suffixe A/B/C, appartiennent à l’État ou à diverses institutions du pays. Si certaines respectent les règles et se conduisent correctement, d’autres s’en fichent royalement. Mon conseil : laissez-les passer, à moins que vous ne souhaitiez-vous aventurer dans les arcanes de l’administration djiboutienne. Bonne chance !

Les bus et les taxis sont les seigneurs de la route

Si vous avez regardé le film Mad Max et ses cascades automobiles démentielles, vous serez ravis de découvrir leurs dignes représentants dans notre magnifique pays. Le respect du code de la route et des règles élémentaires de courtoisie ? Inconnu au bataillon ! Aucune route n’est épargnée par leur désir de maximiser leur journée au détriment de la sécurité élémentaire. Ce serait moins grave s’ils n’étaient pas censés transporter des citoyens. En cas d’accident, ne soyez pas surpris si nos deux suspects sont impliqués !

Provoquez aux intersections (pour vous insérer)

En général, les conducteurs djiboutiens sont plutôt calmes au volant, mais on se demande ce qui les possède dès qu’ils voient une voiture s’engager à une intersection. Au lieu de ralentir pour fluidifier la circulation, il est courant de les voir accélérer comme des fous furieux pour vous empêcher de vous insérer. Dans ce cas, avancez lentement jusqu’à occuper le milieu de la route pour qu’ils vous laissent passer. Sinon, préparez-vous à de longues minutes d’attente, façon rallye Djibouti !

Méfiez-vous des Poids Lourds F1 et Dyna

Certains conducteurs vous feront vous demander s’ils ont conscience de partager la route avec d’autres véhicules. Les poids lourds de type Sinotruck ou les utilitaires Dyna semblent venir d’une autre dimension tant leur conduite et leur prise de risque sont soit inconscientes, soit nuisibles pour la qualité et la sécurité des routes djiboutiennes. En résumé, faites attention à ces mastodontes si vous souhaitez profiter paisiblement de votre balade !

Évitez les heures de pointe (en centre-ville)

Avec la concentration des institutions et des meilleurs commerces en ville, la circulation devient rapidement chaotique en milieu de journée. Cela empire encore de 12h à 13h, car toutes les institutions, écoles et entreprises ont leur pause déjeuner à la même heure. Résultat : des embouteillages interminables sur les axes principaux venant du centre-ville. Et si par malheur un accident survient sur ces axes, préparez-vous à une belle attente, digne d’un film à suspense.

Jouez du klaxon à toutes les occasions

À Djibouti, il est crucial d’avoir des témoins en cas d’accident. Et quoi de mieux que le klaxon pour attirer l’attention ? Vous ne savez jamais quand un idiot pourrait vous rentrer dedans ou quand un individu décidera de traverser au mauvais moment. Protégez-vous en attirant l’attention au maximum, que ce soit pour signaler un tort ou simplement pour réveiller les piétons qui se croient chez eux sur la route. Concert de klaxons garanti !

Évitez les 2 roues (motos, scooters)

Vous n’avez pas pu passer à côté de l’explosion du nombre de deux-roues sur nos routes. Bien que la plupart respectent le code de la route et portent un casque réglementaire, nous constatons une augmentation d’acteurs de cinéma qui se prennent pour des stars en roulant sans casque et en profitant de chaque espace entre les voitures. Attention, les cascadeurs de Djibouti sont en action !

Ne doublez jamais les files !

Attendre à un feu rouge est épuisant, surtout si vous êtes impatient comme moi. Mais cela ne justifie en aucun cas de prendre des libertés avec le code de la route. Certains conducteurs impatients décident de doubler la file pour se retrouver à la hauteur de la première voiture au feu rouge, même si la rue n’est conçue que pour un véhicule. D’autres, encore moins patients, se risquent à doubler dans les deux sens, mettant en danger les véhicules arrivant en sens inverse. Par pitié, ne vous amusez pas à faire ça !

Ne perdez pas votre temps à chercher un parking !

Avec l’augmentation du nombre de véhicules sur les routes, les places de parking se font rares. Certains automobilistes irrespectueux se garent carrément sur la route en toute illégalité. Ce manque de respect nuit gravement à la circulation et mériterait de sévères sanctions. Mon conseil : garez-vous un peu plus loin du centre pour être tranquille et surtout, faites un peu d’exercice en marchant. Qui a dit que conduire à Djibouti ne faisait pas partie d’un programme de remise en forme ? 😊. En conclusion, conduire à Djibouti est une expérience à nulle autre pareille, entre le stationnement millénaire sur le côté droit des rues, les A/B/C incontrôlables, les bus et taxis fous furieux, les poids lourds venus d’une autre dimension, les heures de pointe dignes d’un film d’action, l’orchestre de klaxons en continu, les cascades à deux-roues et les tentatives désespérées de doubler les files. Mais ne vous inquiétez pas, avec un peu de chance et de patience, vous pourrez vivre une aventure épique sur les routes de Djibouti. Et rappelez-vous, si vous trouvez un parking, c’est comme trouver un trésor, alors ne perdez pas votre temps à chercher et préparez-vous à une séance d’exercice gratuite. Bonne route et que la force soit avec vous !!

Commentaires

0 commentaires

2 Commentaires

  1. Salut,
    Excellent article!! J’ai passé en revue les articles les plus récents. Je pense que c’est celui que j’aimerais republier sur mon site web La Gazette de Djibouti avec ta permission.
    A ++

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici